Et voilà que votre chat boude de nouveau ses croquettes… Il va falloir en trouver d’autres…
Et les changements de stade de vie, n’en parlons pas ! Ils deviennent un vrai casse-tête ! Chaton, adulte, gestation et allaitement, sénior… A chaque fois c’est pareil : il faut trouver de nouvelles croquettes qui sont adaptées à ses besoins.  
Mais le choix est si vaste aujourd’hui… Et on dit tellement de choses sur ces croquettes… Mais un point revient régulièrement : les céréales ! Alors finalement : l’alimentation sans céréales pour chat, est-ce une bonne idée ? 

Si votre chat est difficile et qu’il refuse parfois ses croquettes. Il est possible d’essayer d’intégrer de la pâtée avant de changer de marque… Pour plus de renseignements vous pouvez aller consulter l’article : Les aliments humides pour chat, pourquoi les choisir ?

Si vous avez des questions à me poser vous pouvez également me contacter sur Facebook .

Alimentation sans céréales pour chat, est-ce une bonne idée ? – Retour sur les définitions

Les céréales vous en avez entendu parler, et pas forcément en bien… mais vous ne savez même plus pour quelle raison !

Le défaut majeur de nos céréales est l’évaluation de leur qualité. Je vais ici la partager en deux axes. Tout d’abord la qualité microbiologique, en fonction de la présence plus ou moins importante de mycotoxines. Et la qualité nutritionnelle avec la présence d’amidon et/ou de gluten (mais cela est une autre histoire…).

Afin de bien comprendre le problème, le plus simple est de poser les bases.

Qu’est-ce qu’une céréale ?

C’est une plante cultivée en particulier pour ses grains. Les principales céréales produites au niveau mondial sont : le maïs, le blé, le riz, le sorgho, l’orge, l’avoine.

L’enveloppe extérieure (le son) est très intéressante car riche en fibres, en protéines, en minéraux et en vitamines du groupe B. Dessous il y a l’amande qui contient de l’amidon (82%) et des protéines (12%). Au centre se trouve le germe qui est riche en lipides.

Qu’est-ce que l’amidon ?

C’est un sucre complexe qui sert de réserve de glucide chez les végétaux. On en trouve principalement dans les céréales, mais aussi… Dans les graines (châtaigne), les racines (carottes, panais), certains fruits (banane) et tubercules (pomme de terre, manioc, patate douce). Pour avoir un ordre d’idée la pomme de terre contient 20 % d’amidon, le blé 55 % et le maïs 65 %.

L’amidon se trouve donc dans beaucoup de végétaux et également dans les légumineuses. Ces végétaux en vogue chez les Petfooders. Ce sont des plantes dont le fruit est une gousse. Elles sont très riches en protéines végétales, en vitamines (B et C) et en minéraux (fer, magnésium, potassium, calcium).

Que sont les mycotoxines ?

Ce sont des substances sécrétées par des champignons microscopiques. Elles sont toxiques à une certaine dose et provoquent des troubles nerveux.

Les mycotoxines proviennent de moisissures qui poussent sur les végétaux, dans la nature et par temps humide. Elles peuvent se développer au cours de la conservation des ingrédients et sur les aliments gardés trop longtemps (pâtes, pain moisi, etc…). On les retrouve aussi bien dans les céréales (blé, orge, maïs, riz …) que les autres végétaux (colza, soja, pois, pomme de terre, fruits, graines…). Elles peuvent également être présentes dans le lait, les œufs, les viandes ou les abats, si les animaux ont été exposés à une alimentation contaminée.

Alimentation sans céréales pour chat, est-ce une bonne idée ? – L’industrie du Petfood

 

Un contrôle de la qualité du champ à la gamelle

Aujourd’hui il faut être conscient qu’il y a un risque de contamination par les mycotoxines via les croquettes. Or avec des avancées significatives dans les techniques d’analyse, les petfooders ont amélioré la détection de ces substances, même à faible concentration.

En parallèle de ces progrès, des contrôles drastiques sont réalisés tout au long de la chaîne de production : de l’agriculteur au fabricant. Actuellement, en France et en Union-Européenne, tout est mis en place pour limiter la contamination des produits. De bonnes pratiques agricoles avec des contrôles avant et après la récolte. En passant par le stockage approprié, jusqu’au contrôle des matières premières dans les usines.

Pour les industriels du Petfood adhérents à la FACCO ou à la FEDIAF, les taux de mycotoxines seront inférieurs au seuil légal. Ces fédérations imposent des contrôles très stricts. Les fabricants vérifient systématiquement les matières premières afin de doser la quantité de toxines présentes. Pour renforcer leurs garanties sanitaires, les céréales sont nettoyées à réception en usine. Ceci permet d’éliminer les grains cassés et les impuretés éventuelles.

Les recherches actuelles ont montré qu’une quantité très faible de mycotoxines (en-dessous des seuils) ne pose pas de problèmes de santé. Cependant il est impossible d’avoir une teneur en mycotoxine égale à 0. Les végétaux poussent en plein air et contiennent forcément un peu de champignons. A noter que la quantité de ces toxines peut être supérieure dans les céréales BIO car elles ne sont pas traitées avec des fongicides.

Les études disponibles à ce jour ne mettent pas en évidence une toxicité due à une faible ingestion de mycotoxine ponctuellement. Mais aujourd’hui nous n’avons pas assez de recul sur l’ingestion journalière, et à long terme, d’un aliment unique. Même s’il contient juste des traces de mycotoxines…

Des conseils pour limiter la présence de mycotoxines

Un premier conseil est d’éviter autant que possible d’acheter des aliments bas de gamme. Ils sont plus susceptibles de contenir des matières premières mal contrôlées.

Un second point est de surveiller les étiquettes et d’écarter au maximum les croquettes composées de sources de protéines dérivées de plantes (sous-produits végétaux). Evitez donc les aliments bon marché trop chargés en blé ou en maïs.

Outre la qualité de l’aliment donné à votre chat, il est important de maintenir une bonne conservation chez vous. Il est préférable de donner l’aliment avant la date limite d’utilisation inscrite sur le paquet. Et surtout d’être vigilent après l’ouverture du sac. Il faut laisser les croquettes dans leur emballage d’origine, au sec et correctement refermé. L’aliment devra être consommé dans le mois qui suit son ouverture.

Alimentation sans céréales pour chat, est-ce une bonne idée ? – Plutôt une question de marketing…

La grande méfiance envers les céréales dans les croquettes est venue du problème de mycotoxines et de la présence importante de glucides, en particulier d’amidon.

Sauf que les mycotoxines ne se limitent pas aux céréales et peuvent se retrouver sur les pois, pommes de terre, fruits…

Et pour fabriquer les croquettes il y a besoin d’amidon qui, s’il n’est pas apporté par les céréales, sera apporté par les autres végétaux : pomme de terre, patate douce, lentilles, pois…

Donc les croquettes sans céréales ne sont pas la solution au problème ! Je vous conseille de privilégier plutôt des croquettes composées de bons produits. Ainsi qu’une gamme fabriquée par un industriel contrôlé, transparent et exigeant sur la qualité.